Société des amis du Palais de Compiègne - Actualités
                                                                                                             
 01-02-2017    Cycle de conférences sur la porcelaine de Sèvres du Palais

 

La porcelaine de Sèvres à l'époque du Ier Empire à Compiègne.
Hélène Meyer, conservateur en charge des Grands Appartements, nous accueille dans la salle Louis-Philippe. Elle retrace rapidement l'histoire de la Manufacture Royale de Sèvres jusqu'au début du Ier Empire. En 1804, la pâte dure(kaolin+feldspath) est enfin mise au point et permet la fabrication de pièces monumentales, de vases d'apparat et de services de table que Napoléon Ier offrira volontiers en cadeaux diplomatiques.
L'Empereur nomme Alexandre Brongniart à la tête de la Manufacture. Ce savant, professeur d'histoire naturelle veut une institution rentable, capable de concurrencer les productions de Berlin et de Vienne et celle de petites manufactures parisiennes comme Dagoty et Schoelcher. Il réduit le nombre d'employés. Il crée un catalogue de formes et leur donne un nom :fuseau, jasmin,médicis, cordelier...Il met au point des coloris nouveaux, des textures nouvelles. Il varie les décors :paysages, scènes historiées, fleurs, pierres dures...Grâce à lui, la Manufacture de Sèvres domine le marché jusqu'en 1815.
Hélène Meyer a sorti des réserves du Palais des objets de toilette : une bourdaloue, une cruche à eau et sa navette, des objets d'usage :un écritoire, un vase jasmin, une tasse litron...et nous nous régalons de voir d'aussi près ces pièces magnifiques.
Puis nous partons avec elle découvrir d'autres pièces "in situ" dans le boudoir de l'Impératrice, la salle de bain de Napoléon Ier, les grand appartements.
Nous terminons dans la salle des cartes devant la pendule de Diane aux sangliers, biscuit (sculpture en porcelaine non émaillée) de la fabrique de Marc Schoelcher, un temps rivale de la Manufacture de Sèvres.
Un grand merci à Hélène pour cet après-midi vivant et passionnant.

 16-01-2017    Fêtes et divertissements à la cour de Versailles

 

Lundi, jour de fermeture du Château, nous sommes accueillis à Versailles par les commissaires de l'exposition Elizabeth Caude et Jérôme de La Gorce.A leur suite, nous allons de fêtes en divertissements sous les règnes de Louis XIV, Louis XV et Louis XVI.
Suivant les indications et souhaits du monarque, les Menus-Plaisirs de la maison du Roi organisaient feux d'artifice, illuminations, bals et collations.
De salle en salle,la visite est animée par les restitutions 3 D de théâtres disparus, de la musique, des videos de danseurs s'excercant à "la courante" ou à "l'aimable vainqueur", pour terminer en beauté avec l'intervention de Jean-Paul Gousset,directeur technique de l'Opéra Royal de Versailles faisant surgir "le Phantôme du feu", Minerve derrière les nuages et la Marotte.
La chasse, les carrousels, les jeux d'intérieur et de plein air, les concerts et la comédie, les bals participaient de l'art de gouverner et séduisaient la Cour, le Royaume, l'Europe et les amis du Palais de Compiègne.
Nous terminons cette sortie avec un rafraîchissement offert par les amis du Château de Versailles :qu'ils en soient remerciés ainsi que les commissaires de l'exposition.

 06-01-2017    Exposition "Rembrandt intime"

 

Une nouvelle visite exceptionnelle pour les amis du Palais :"Rembrandt intime" nous est présentée par Emmanuel Starcky, commissaire, à l'heure où le musée ferme.L'accrochage a été conçu chronologiquement dans les petits espaces du musée Jacquemart-André autour des trois œuvres des collections permanentes :les pélerins d'Emmaûs,le portrait de la princesse Amalia van Solms et celui du Dr Arnold Tholinx.
Tout au long de la visite nous admirons ce maître du clair-obscur qui réalise des peintures d'une intensité exceptionnelle.Rembrandt travaille également le dessin, la gravure. Une trentaine de ces œuvres sont exposées.
Qu'il campe ses proches, des portraits officiels, des scènes bibliques ou son propre visage, l'artiste sonde les personnalités et recherche l'humanité de ses personnages.
Quel plaisir de terminer par "le portrait de Titus lisant" où transparait la tendresse paternelle de ce maître du XVIII, le Siècle d'or de la peinture hollandaise.
Un grand merci à Emmanuel Starcky de nous avoir consacré sa fin de journée, nous permettant d'effleurer l'intimité de Rembrandt.

 30-11-2016    Film : REMBRANDT

 

Nous sommes une bonne cinquantaine d'amis du Palais installés dans la salle Louis-Philippe,pour assister à la projection du film de Charles Matton, "Rembrandt",tourné en 1999.
Pierre Dupouey, directeur de la photographie sur le tournage nous raconte les rues d'Amsterdam reconstituées sous d'anciens hangars à zeppelins, les vêtements trop neufs usés et vieillis avec de la poussière, les tableaux de Rembrandt copiés pour le film, les longues heures passées pour trouver l'éclairage parfait avec l'aide de la doublure-lumière puis de l'actrice...
A la fin de ce très beau film,Emmanuel Starcky nous donne quelques explications sur l'art de Rembrandt,et tous les spectateurs n'ont qu'une envie : aller au musée Jacquemart-André découvrir l'exposition consacrée au grand peintre flamand. Les RV sont pris...

 21-11-2016    Une journée à Paris

 

Lundi, jour de fermeture du musée d'Orsay, les amis du Palais sont les seuls visiteurs de l'exposition "spectaculaire second Empire".Nos guides, Paul Perrin, commissaire, et Gilles Grandjean nous invitent à découvrir toute la richesse de la période 1852-1870 qui a conjugué prospérité exceptionnelle avec bouleversements sociaux.Le couple impérial se met en scène avec faste :le mariage de Napoléon III et Eugénie, le baptême du prince Impérial comme l'inauguration d'une nouvelle gare, d'un nouveau boulevard sont l'occasion d'associer la population et de cimenter son adhésion au régime.
440 peintures, sculptures, objets d'art, bijoux, photographies illustrent le style "Napoléon III" varié,éclectique, et mettent en scène la décoration des résidences impériales, les nouveaux loisirs, les théâtres, le Salon artistique les expositions universelles de 1855 et 1867: éblouissant !
Aprés le déjeuner, Vincent Mellerio, représentant la 14ème génération de bijoutier, nous ouvre les portes de la boutique de la rue de la Paix.Nous découvrons les archives et l'histoire de cette maison familiale, quelques pièces du patrimoine Mellerio de 1818 à 1960 et les dernières créations contemporaines qui illustrent la créativité et le savoir-faire d'exception.Au cours de ce spectaculaire second Empire, l'impératrice Eugénie, la princesse Mathilde, les élégantes et toutes les cours d'Europe succonbèrent aux créations du joailler français.A Orsay, nous avions pu admirer la broche lilas, la broche plume de paon, le grand bouquet de boutons de roses et d'autres pièces époustouflantes.

 11-10-2016    Visite de l'exposition Winterhalter

 

Guidés par Gilles Grandjean, commissaire de l'exposition, et par Annick Masseau, les 90 amis du Palais ont découvert l'exposition qui s'attache à retracer la carrière de Winterhalter,dernier grand peintre de cour que l'Europe ait connu.
Depuis sa naissance, au fin fond de la Forêt Noire, jusqu'aux cours royales et impériales, Winterhalter devient incontournable pour son art des portraits.Ereinté par la critique qui considère le genre comme mineur,mais plebiscité par les grandes familles et le public, il est attentif à la psychologie des personnages,aux costumes et aux accessoires. Il excelle dans la représentation des étoffes, broderies, dentelles, tulle ,gaze.Ses portraits d'enfants sont ravissants.Sa carrière est lancée lorsque Louis-Philippe lui commande son effigie officielle.La reine Victoria et l'Impératrice Eugénie en font leur portraitiste favori.
Nous découvrons des portraits prêtés par la Reine d'Angleterre, le Château de Versailles et le Château de Balleroy.
Puis nous terminons devant une des œuvres majeures du Palais:" l'Impératrice et ses dames d'honneur", commande personnelle d'Eugénie pour le salon chinois de Fontainebleau.
Après 1870,Franz Xaver Winterhalter repart en Allemagne où il décède trois ans plus tard.
Nous remercions nos guides pour cette visite exceptionnelle.

 26-09-2016    Voyage au portugal

 

A Porto, sous un beau soleil, nous apprécions l'église Sao Francisco dont l'intérieur recouvert d'or est l'un des exemples les plus remarquables du baroque portugais,les rues et les quais animés, la navigation intense sur le Douro et la visite des chais Ferreira où nous apprenons à différencier les portos : blanc, ruby ou tawny.
Mardi, à Braga, le Palais Biscainhos, ses collections et les jardins baroques nous révèlent la vie quotidienne de la noblesse du XVIIIème.Dans le hall d'entrée, des personnages de granit accueillent le visiteur.Le patio est décoré d'azulejos comme nous en verrons souvent durant le séjour.
Puis nous découvrons le sanctuaire de Bom Jesus do Monte et son escalier monumental.Nous déjeunons de caldo verde, poisson et crème aux œufs accompagnés de Vinho Verde produit sur place à la Casa de Sezim, belle propriété dont les salons sont décorés de papiers peints pleins de fantaisie (Don Quichotte,les Indes, l'Amérique).
Après une promenade dans les jolies vielles rues de Guimarães, ville jumelée avec Compiègne, nous sommes reçus chaleureusement à la Mairie.
Mercredi nous montons vers le nord pour découvrir Viana do Castelo et Ponte de Lima.
Le comte de Calheiros nous accueille dans son manoir pour le déjeuner puis nous visitons la maison des comtes de Aurora dont les jardins abritent des arbres extraordinaires.
Jeudi,la petite ville d'Amarante au bord du fleuve Tamega nous séduit avec ses rives bucoliques. Nous visitons l'église de San Goncalvo et dégustons des petits gâteaux régionaux qui nous permettent d'attendre le déjeuner à la maison Torres de Oliveira sur les côteaux du Douro.Le voyage en train puis la descente du Douro en bateau traditionnel nous permettent de nous reposer en admirant le fleuve, les collines rayées de terrasses sur lesquelles les vignobles mûrissent depuis des millénaires.
Dernière nuit dans la campagne pittoresque et le vendredi matin notre groupe est le premier pour visiter le Palais Mateus et ses somptueux jardins.
Notre séjour se termine à Porto où nous déjeunons dans le quartier animé de Ribéra.Après une promenade dans le beau parc de Serralves,les brumes maritimes,fraîches et grises nous permettent de quitter le Portugal sans regrets.
Dans chaque quinta où nous avons déjeuné, nous avons beaucoup apprécié l'accueil chaleureux des propriétaires eux-mêmes, qui nous ont fait visiter leur intérieur et déguster vins et produits régionaux.

 14-06-2016    3 jours en Bretagne Nord du 14 au 16 juin 2016

 

Ce périple, élaboré dans ses moindres détails par Annick Masseau, nous a permis de découvrir essentiellement des jardins et des châteaux ou malouinières entourés de paysages superbes .
Dès notre premier arrêt, le château et les jardins de La Balue nous ont séduits par l'écrin verdoyant, à la fois échevelé et très géométrique des plantes , des parterres et des topiaires alternant avec des tunnels de verdure. Les jardins " à la française" du château de Caradeuc permettaient par contre de découvrir un paysage très large et très doux.
Le lendemain, l'abbaye maritime de Beauport aux portes de Paimpol nous accueillait en bord de mer, avant que nous ne découvrions avec délice les jardins exceptionnels de Kerdalo, créés par le prince Volkonski et magnifiquement entretenus par sa fille Mrs. Vaughan et son mari, tous deux paysagistes de renom.
Après un déjeuner au château de Kergrist, ses propriétaires M. et Mme Huon de Penanster nous ont conduits à travers le parc et les jardins, et nous avons terminé la journée au château de Rosanbo ,toujours dans la même famille depuis le 15ème siècle.
Enfin, notre dernière matinée a été consacrée à la découverte de 2 malouinières. La première,appelée " le Montmarin" au bord de la Rance, près de Dinan, présente des jardins en terrasses et se caractérise par la variété des végétaux . La seconde, près de St Malo, La Chipaudière, a été construite en 1720, ses jardins auraient été inspirés par Le Nôtre, et les jeunes propriétaires se lancent courageusement dans la restauration de cette propriété.
Au retour, nous avons pu découvrir brièvement la jolie ville de Pontaudemer.


 17-03-2016    Lille et ses environs : La villa Cavrois et le Lam

 

La visite de la villa Cavrois a été, pour beaucoup d'entre nous, une vraie découverte. Elle a été construite par l'architecte Robert Mallet-Stevens au début des années 1930 à la demande de l'industriel roubaisien Paul Cavrois qui voulait installer s famille nombreuse (7 enfants)dans un cadre champêtre.
Quelle innovation que ces grandes pièces éclairées d'immenses baies vitrée ouvrant sur le jardin!
L'architecte a pensé à tout : la décoration de chaque pièce avec des matériaux spécifiques et luxueux (bois rares, marbres de couleurs), mais aussi les radiateurs cachés sous les fenêtres, les horloges murales dans chaque pièce, le porte buches à côté de la cheminée...Il imagine et dessine également un mobilier très sobre, intégré dans les murs, créant un cadre de vie sain, confortable et moderne où l'hygiène et la fonctionnalité sont privilégiés.
Quel bel hommage que cette phrase de l'architecte gravée sur les murs : "A Madame et Monsieur Cavrois qui m'ont permis, grâce à leur clairvoyance, leur mépris de la routine, et leur enthousiasme, de réaliser cette demeure"

Dans l'après-midi, nous visitons le musée d'art moderne, dit le LAM, à Villeneuve d'Ascq, sous la conduite d'un guide très compétent. D'abord les œuvres phares de la donation Jean et Geneviève Masurel, puis l'exposition "Amedeo Modigliani" qui propose un résumé de l'œuvre de l'artiste en explorant 3 aspects d'une carrière brève et féconde : ses sculptures, ses portraits, sa technique de peinture si personnelle.

 03-02-2016    Maisons de sculpteurs à Paris (Rodin et Bourdelle)

 

L'Hôtel Biron est élevé en 1728 par Jean Aubert (les grandes écuries de Chantilly). Il sert de pensionnat pour jeunes filles parmi lesquelles la future Impératrice Eugénie.En 1904 l'Etat en devient propriétaire et loue les salons à des artistes dont Matisse,Cocteau, Rilke ou Rodin.Ce dernier veut y installer SON musée,en échange il cède à l'Etat ses œuvres, droits de reproduction et l'ensemble de ses biens.Il meurt en 1917, le Musée Rodin sera inauguré en Août 1919.
D'abord dessinateur et peintre, Auguste Rodin découvre le modelage dans l'atelier de Carrier-Belleuse.Il décide de présenter "l'homme au nez cassé" au salon de 1875, mais cette œuvre sera refusée.Il part travailler à Bruxelles.A 37 ans,il présente "l'Age d'airain" évocation d'un jeune soldat blessé.Sa carrière officielle commence alors et l'Etat Français lui commande "La porte de l'Enfer" pour un futur musée des Arts Décoratifs.Inspirée par Dante, on y voit au centre, dominant, "le Penseur",et d'autres chefs d'œuvre : "le Baiser", "les Ombres".Dans une salle reconstituant l'atelier de Rodin, on découvre ses collections d'antiques,ailleurs ses collections de peintures (Manet, Renoir, Van Gogh, Carrière...)A la fin de sa relation amoureuse et orageuse avec son élève Camille Claudel,Auguste Rodin souhaite qu'une salle lui soit consacrée.C'est là que l'on admire "L'âge mûr",composition représentant la fin de leur relation.
Après une rénovation spectaculaire, le musée Rodin présente les œuvres du maître passionné par l'expression du mouvement dans la sculpture.
Après le déjeuner, Amélie Simier,directrice du musée,ainsi que Maxime Paz nous accueillent et nous guident avec passion dans le musée d'Antoine Bourdelle; qu'ils en soient remerciés.
Comme Rodin dont il fût un des praticiens,Bourdelle a voulu SON musée pour y présenter son œuvre.Sa seconde épouse Cléopâtre, sa fille Rhodia et son gendre et ami Michel Dufet n'auront de cesse d'exaucer le vœu de l'artiste.Le musée sera inauguré en juillet 1949.Autour des jardins: des ateliers, des salles d'exposition, des lieux d'intimité familiale.Nous découvrons avec grand intérêt les bas reliefs pour le théâtre des Champs Elysées, le Centaure mourant, Heraklès archer, le monument au général Alvéar, les bustes de Beethoven...
L'aile de Porzamparc (1992) abrite les archives, les photos et des salles de travail et d'exposition.
Bourdelle a confié sa mémoire à sa fille (décédée en 2002), son obsession était: "tout conserver, tout préserver" ce qui fût admirablement réalisé.

 10-12-2015    Conférence : Grandeur et misère de la manufacture de Tournai : l'histoire du service d'Orléans

 

En 1750, François-Joseph Peterinck rachète à Tournai une fabrique de faïence. Sous son impulsion, elle diversifiera sa production. Cherchant à égaler des manufactures aussi prestigieuses que Meissen ou Sèvres, l'entreprise produisit des services à dîner et à boissons chaudes ornés de fleurs, d'oiseaux, de paysages et d'une variété de décors historiés.La renommée de la manufacture de Tournai fut telle que le duc d'Orléans, futur Philippe-Egalité, lui commanda un prestigieux service décoré aux oiseaux de Buffon (1787-1793).A l'origine, le service comptait environ 1600 pièces.Si ces porcelaines furent un sommet de la production tournaisienne, l'histoire de sa livraison nous apprend que sa réalisation mit à mal les finances de la manufacture qui se retrouva au bord de la faillite. Rachetée par les Boch en 1851, l'entreprise fermera définitivement ses portes en 1891.
De belles photos illustraient cette conférence passionnante présentée par Claire Dumortier, conservateur des collections des céramiques européennes aux Musées royaux d'Art et d'Histoire à Bruxelles.

 20-11-2015    Vente de Noël au Palais

 

La vente de Noël s'est tenue cette année dans la salle des colonnes. Organisée par la société des Amis, elle a pour but de récolter des fonds afin de restaurer des objets et d'acquérir des oeuvres : il y a 3 ans les bénéfices ont permis d'acheter un bronze de Carrier-Belleuse, le maîre de Rodin. Cette année environ 650 personnes sont venues faire leurs achats parmi les arts de la table, bijoux, tableaux, étoles, panneaux "éducatifs" plein d'humour, articles pour bébés, vin...Chaque visiteur a pu trouver son bonheur et de quoi faire plaisir à tous.

 03-11-2015    exposition "Marcello, une femme artiste entre cour et bohême"

 

Adèle d'Affry, duchesse de Castiglione Colonna, naît en 1836, d'une noble lignée du canton de Fribourg.Veuve à 20 ans, Adèle trouve refuge dans la sculpture, discipline où peu de femmes s'illustrent encore.Elle se forme à Rome et à Paris.En 1863, elle choisit le pseudonyme de Marcello pour débuter au Salon parisien où elle expose sa Bianca Capello, buste d'une sulfureuse héroïne de l'histoire florentine.C'est un triomphe dont le point d'orgue sera La Pythie, acquise par Garnier pour l'Opéra de Paris.Invitée à Compiègne par l'Impératrice Eugénie, elle reçu plusieurs commandes impériales.
Visite exceptionnelle, le jour de fermeture du Palais,guidée par Laure Chabanne commissaire de l'exposition, passionnée et passionnante que nous remercions infiniment

 01-10-2015    Waterloo

 

La morne plaine n'était ni trempée, ni boueuse lorsque sous le commandement de Marie-Noëlle Snoy la troupe des Amis du Château de Compiègne se présenta sur le site de Waterloo. Du haut de la Butte du Lion (226 marches à gravir) nous surplombons le champ de bataille présenté le matin par Alain Lacroix.
A droite, la ferme de Hougoumont assaillie par les troupes de Jérôme Bonaparte, plus loin devant, la ferme du Caillou, dernier QG de Napoléon qui déclara :"Messieurs, cette bataille sera l'affaire d'un déjeuner". Sur notre gauche, la ferme de la Belle-Alliance où se sont retrouvés Wellington et Blücher au soir du 18 juin 1815, et la ferme du Mont Saint-Jean, hôpital militaire où nous avions déjeuné.
Enterré au pied de la Butte, le Mémorial 1815 est un espace qui plonge le visiteur dans un parcours narratif (film en 4D "au coeur de la bataille"). Il est surmonté d'une rotonde qui abrite une gigantesque fresque circulaire de 110 mètres de long, réalisée par le peintre français Louis Dumoulin en 1912.
La journée s'acheva par la visite du Château de Wavrin, charmante demeure 18ème entourée d'un jardin à la française, où nous fûmes chaleureusement accueillis par le propriétaire Mr de Limon-Triest.
Puis Marie-Noëlle Snoy replia ses troupes sur Compiègne. Qu'elle soit vivement remerciée pour l'organisation de cette journée passionnante et ensoleillée.

 22-09-2015    Séjour à Copenhague

 

4 jours pour découvrir Copenhague et ses alentours, une gageure!
Que de découvertes et de visites passionnantes :
-Les châteaux :Christianborg, les 2 palais d'Amalienborg de Christian VII et Christian VIII, Ledreborg au bout d'une allée de 7 kilomètres de tilleuls, Kronborg place forte au bord de la Baltique, Frederiksborg et ses beaux jardins, et pour finir Rosenborg truffé de merveilles dont les bijoux de la Couronne et le somptueux mobilier d'argent prêté à Versailles il y a quelques années.
-Roskilde, la cathédrale, le port et les drakkars vikings.
-Les peintres de l'âge d'or danois au Musée des Beaux-Arts, dans les collections Oldrupgaard et Hirschprung qui exposent Hammershoï, Kobke, Eckersberg, Kroyer , les époux Ancher et bien d'autres.
-Les ravissants chefs d'oeuvre d'orfèvrerie, d'ambre,d'ivoire et la porcelaine Flora Danica si bien mise en scène par la Reine Margrethe à Amalienborg.
-La gastronomie danoise dont le hareng,le rôti de porc doré, le pâté de foie, les fraises,le pain noir et la Carslberg.
-Les innombrables vélos sillonnant Copenhague, le calme des danois, les couleurs, les nombreux clochers de la ville et la petite sirène bien sûr.
-Sans oublier les grands du design (Jacobsen...)et les architectes du XXème siècle.
-Pour terminer, la visite du Palais Thott, belle Ambassade de France où Monsieur l'Ambassadeur nous accueillit.
Merci à Ole et François, nos guides érudits et aux nombreux rayons de soleil qui illuminèrent ce séjour.

 09-06-2015    Voyage à Amsterdam

 

La parité n'est pas respectée le mardi 9 juin lorsque 5 hommes et 18 femmes se sont retrouvés , tous Amis du Château de Compiègne. Sous la conduite de Marie-Noëlle Snoy, ils prenaient, non le Chemin des Dames, mais la route d'Amsterdam.
Un programme dense et passionnant au menu de ce voyage.
A tout seigneur, tout honneur, c'est au Rijkmuseum, remarquablement rénové par les architectes espagnols Cruz et Ortiz,que commença notre visite, sous la conduite de deux excellentes guides francophones. Quel régal pour les yeux que d'admirer les oeuvres des peintres de l'Age d'Or! Frans Hals, Jacob Van Ruysdael, Jean Steen....et bien entendu le merveilleux Johannes Vermeer (la Ruelle,la Laitière, la Femme en bleu lisant une lettre) et l'immense Rembrandt (la fiancée juive, les syndics de Drapiers, auto portraits et la fameuse "Ronde de nuit" Devant nous les fameux clairs-obscurs rembranesques !
Cette journée s'acheva par une promenade sur les canaux envahis par 3000 bateaux-maisons, le long de maisons à pignons en pointe, en escalier ou en cloche, ou encore "dansantes",la maison d'Anne Frank et celle des chats, en passant devant le Nemo et sous le Pont Maigre.
Le lendemain la journée commença par une promenade dans la vieille ville, au milieu d'un million de vélos qui ne cessent de circuler: le Palais Royal, les pierres de façade, le béguinage, le marché aux fleurs, l'Université...
La seconde visite nous amena à la maison privée de Mr et Mme Six Van Hillegom,magnifique musée (meubles, argenterie, vaisselle et tableaux dont "the game of golf" de Nicolas Eliaz Pickenoy et deux Rembrandt: portraits d'Anna Six-Wymer et de Jean Six). On y découvrit notamment un meuble pour laver la porcelaine dans la salle à manger et on apprit que les femmes portaient la bague à l'index, car ce doigt avait une veine qui conduisait directement au coeur !
Ce voyage s'acheva à Appeldoorn par la visite du Château Royal de Het Loo (Loo=la clairière),résidence de la Maison d'Orange Nasseau,construit à la demande du Roi Guillaume III, par l'architecte français Daniel Marot et doté de superbes collections d'objets et tableaux.
Le jardin "à la française", dessiné par le français Claude Desgots, neveu de Le Nôtre, agrémenté d'allées de buis, de fontaines et de bassins, est de toute beauté et forme un cadre propice à l'apaisement, à la sagesse et à la sérénité.
"si vous possédez une bibliothèque et un jardin vous avez tout ce qu'il vous faut" écrivait Cicéron
Un grand bravo à Marie-Noêlle qui a si bien organisé et programmé ce passionnant voyage à Amsterdam "au bout de la terre". Elle était un peu chez elle, qu'elle en soit vivement remerciée.

 18-03-2015    Résidence des ambassadeurs américains et nouvelles salles XVIII au Louvre

 

L'hôtel de Pontalba accueille les ambassadeurs américains depuis 1971.Que de transformations depuis la construction de la maison de campagne du Chancelier d'Aguesseau, sous Louis XV! L'édifice est rasé en 1839 par la Baronne de Pontalba qui fait construire un bel hôtel particulier entre cour et jardin, lequel sera ensuite transformé et agrandi par les Rotschild en 1880.
Chaque pièce parcourue raconte le goût de ces deux propriétaires pour les merveilles du XVIII ème.
-le salon octogonal présente des boiseries provenant de l'hôtel Biron,
-la salle de bal, d'autres boiseries illustrant les fables de La Fontaine,
-le salon Pontalba, de superbes panneaux de laque venant de l'hôtel du Duc du Maine (1723)...
Dans le grand salon Samuel Bernard (banquier de Louis XIV),le salon Louis XVI et la salle à manger donnant sur le jardin, des boiseries, tapis et meubles créent une ambiance confortable et luxueuse.
Après une promenade dans le beau jardin nous remercions nos guides Dominique et Laurence et prenons la direction du Louvre où nous retrouvons une foule et une agitation impressionnantes.
Puis nous partons à la redécouverte du goût français, de Louis XIV à Marie-Antoinette dans les salles des objets d'art décoratifs récemment réouvertes après 10 ans de travaux. Entre 1650 et 1790 , les artistes ne cessent d'innover,chaque période voit naître une nouvelle tendance.La présentation chronologique montre l'évolution des styles. Nous sommes émerveillés par les armoires de A-C Boulle, les commodes de Cressent, les chaises de Boulard tapissées au point par Madame Elizabeth, les tapis aux points noués de la Savonnerie, les soieries et tentures ...
Des "period rooms" créées à partir de boiseries et de mobilier provenant de demeures historiques telles que l'hôtel de Villemaré-Dangé, le château d'Abondant, l'hôtel Le Bas de Montargis ... restituent des décors complets dans leur configuration d'origine qui nous séduisent totalement.
Présentés dans des vitrines thématiques :porcelaines, orfèvrerie, tabatières, le somptueux coffre à bijoux de Louix XIV, l'émouvant nécessaire de voyage de Marie-Antoinette démontrent que chaque objet du quotidien revêt des atours d'apparat pour les rois, reines, princes et aristocrates de chaque période (Louis XIV,Régence, rocaille, néo-classique)
Un grand merci à nos 2 guides Annick et Agnès qui avaient formidablement préparé cette visite.Pas de doute, il faudra revenir pour voir et revoir toutes ces splendeurs.

 02-02-2015    Exposition à Versailles:

 

L'exposition est l'occasion unique de mettre en lumière l'extrême inventivité des artisans du XVIIIè qui firent évoluer le goût de façon parfois audacieuse dans tous les domaines :des formes aux matériaux en passant par les techniques, le confort,les décors (porcelaine, panneau de laque, peinture...)
Libérés de l'environnement chargé des appartements royaux ou des grands musées,les meubles et sièges exposés sur fond blanc, installés sur des piédestaux pivotants, visibles sous tous les angles grâce à un jeu de miroirs, dévoilent l'élégance de leurs lignes, la magnificence de leur ornementation et le raffinement de leur marqueterie.
Quel plaisir de découvrir les secrets du bureau de Louis XV à l'aide d'un petit film passionnant, de pouvoir tourner autour pour admirer le décor et la délicatesse des bronzes.
La centaine de pièces prêtées par de grands musées et des collectionneurs privés racontent l'inventivité de célèbres menuisiers et ébénistes tels Boulle, Oeben, Riesener, Jacob...
Un grand merci à Monsieur Carlier et Monsieur Hans qui ont rendu vivante et passionnante cette visite exceptionnelle qui se faisait un Lundi, jour de fermeture du château.

 26-01-2015    Conférence: la comtesse Greffulhe

 

La conférence de Laure Hillerin sur la comtesse Greffulhe fut très vivante grâce à un power-point bien fourni faisant revivre Elizabeth Greffulhe,sa beauté, son élégance, son goût pour la création musicale et les Ballets Russes, son intérêt pour les sciences et la politique.
Son salon était une sorte d'académie internationale du bon ton, de la grâce et de l'esprit.
Laure passionna le public en lisant des lettres, des notes , des extraits de la Recherche du temps perdu. Pour "le petit Marcel", la comtesse était "belle du flamboiement des yeux fixés sur elle". Il s'en inspira pour créer la duchesse de Guermantes.
Nous remercions Laure Hillerin d'avoir ressuscité cette belle comtesse qui ensorcela le Tout Paris et le gotha européen à la fin du XIX é.

 11-12-2014    Conférence :un jardin pour Eugénie

 

Etienne Chilot présente son beau livre sur la villa Cyrnos, résidence secondaire de la dernière impératrice au cap Martin.Créé dès 1895 comme un jardin antique réinventé avec une touche d'exotisme, le jardin de la villa Cyrnos servit de décor à la vie sociale de l'impératrice et lui permit de se rapprocher autant de sa domesticité que des personnalités de passage sur la Riviera.Grâce aux récits de rares témoins et aux souvenirs de son jardinier, ce livre lève le voile sur les dernières années de l'une des femmes les plus célèbres de l'histoire de France.

 04-12-2014    20 ans

 

La société des amis du château de Compiègne a fêté ses 20 ans au cours d'une soirée inoubliable.Elle débute avec l'inauguration d'une exposition passionnante présentant les acquisitions et restaurations effectuées depuis la création de la société.
Très bien mis en scène,la jatte à fruits en porcelaine de Sèvres, le portrait de la princesse Mathilde, le prince impérial sur son poney, le buste de Marguerite Bellanger par Carrier-Belleuse...démontrent la diversité des interventions des amis,à la demande des conservateurs.
Puis, après une flûte de champagne,c'est l'heure de dîner dans la superbe galerie de bal éclairée et décorée avec soin.
Chaque convive repart avec le catalogue de l'exposition et l'envie de se retrouver...dans 20 ans!

 28-09-2014    Voyage en Toscane du 28 septembre au 2 octobre 2014

 

Après un voyage très matinal et quelque peu mouvementé pour cause de grève, nous commençons notre circuit dans un lieu enchanteur : la Villa Gamberaia où nous attend un délicieux déjeuner.Nous découvrons les jardins et la vue exceptionnelle depuis la loggia, sur les cyprès et oliviers de la campagne toscane et sur le Duomo de Florence. Puis, halte à la Villa Torregiani dont la façade baroque, les fresques intérieures, le parc et les bassins alimentés par une source de montagne nous enchantent.
Nous faisons route vers Pise où nous découvrons le lendemain la Piazza dei Miracoli et l'étonnante Torre Pendente. Après le déjeuner, nous allons visiter la Villa Grabau, ses somptueux décors peints, le théâtre de verdure, le parc, et l'orangerie qui remporte tous les suffrages.
Dernière nuit à Pise puis nous arrivons à Luccques. Notre guide, Marco, nous fait partager son enthousiasme pour la piazza Anfiteatro, le palais Pfanner et son jardin intérieur, le palais Manzi,les trésors de la cathédrale et les fontaines d'eau buvable d'Elisa Bonaparte. L'après-midi est réservé à la visite du parc de la Villa Reale, ancienne propriété d'Elisa. Les sources descendant des Apennins irriguent les spendides jardins et alimentent fontaines et bassins.
Mercredi matin, nous parcourons le centre historique de Sienne. Puis le car nous emmène à la Villa Geggiano où nous attend un délicieux déjeuner de spécialités italiennes. Guidés par le propriétaire, nous apprécions infiniment les peintures des 4 saisons, les papiers peints français du XVIIIème d'une étonnante fraicheur. Malgré le temps un peu plus maussade, nous profitons du théâtre de verdure et du jardin qui s'ouvre sue une belle vue de Sienne.
Le dernier jour commence à San Gimignano, pittoresque village toscan surplombé par de nombreuses tours médiévales. Puis le déjeuner est prévu dans la Villa de Vignamaggio, avec dégustation de chianti. Après une promenade dans le joli jardin, nous avons l'occasion de voir travailler les vendangeurs et de goûter le raisin très sucré. Juste avant de reprendre l'avion, nous parcourons les jardins de la Villa médicéenne de Castello où les agrumes en pot sont couverts de citrons, de pamplemousses et de cédrats.
Un ciel bleu, de très beaux jardins et paysages, de ravissantes villas et des villes pittoresques, la belle lumière de la Toscane marqueront ce sélour organisé à l'occasion des 20 ans de notre association.

 12-06-2014    Anvers et Malines, les 12 et 13 juin 2014

 

De ces deux jours en Flandres remarquablement réussis, nous retenons :
- La cathédrale d'Anvers et les tableaux magnifiques du prodigieux Rubens, oeuvres saisissantes par leur grandeur, leurs couleurs et leur réalisme.
- Les 9 confessionnaux ouverts (mais sans clients !) .
- Le musée Rockox, palais anversois à l'atmosphère intime et aux planchers qui craquent, abritant de superbes tableaux.
- Le château de Mr. Vervoordt, personnage de grande clase qui nous a introduit dans un univers surprenant : assemblage de tableaux japonais, d'espaces softs, de meubles anciens, de canapés...agrémenté d'un immense jardin pour école buisonnière et promenades sentimentales.
- Le château de Boechout où Mr et Mme Moretus Plantin nous ont chaleureusement accueillis.
- Les deux châteaux au nom imprononçable de Groeninghenhof : celui de la Belle au Bois Dormant, avec, comme au Capitole, des oies, et celui, plus intime aux charmantes pièces décoréees d'oeuvres d'art et tableaux.
- La cathédrale Saint-Rombaut de Malines avec ses statues et sa grandiose chaire de vérité.
- Enfin, la manufacture de Wit où l'on restaure et nettoie les tapisseries, dont celles des Chasses de Louis XV que l'on peut admirer à Compiègne.

 15-05-2014    Une journée dans le Vexin

 

Notre journée commence par la visite du château de La Roche-Guyon sous la houlette d'une jeune conférencière dynamique et cultivée qui nous a fait revivre l'histoire de cette forteresse dominant la Seine et adossée à la falaise.
Franços 1er, Henri II, Henri IV séjournèrent dans ce château qui fût aussi la propriété des Rohan Chabot et La Rochefoucauld dont la famille le possède toujours.
En 1943 La Roche-Guyon servit de refuge à l'état major
allemand qui s'insatalla dans de vastes galeries creusées dans la falaise.
Après le déjeuner, nous visitons le château d'Ambleville où nous sommes accueillis par Maître Coutau-Bégarie, actuel propriétaire qui fait revivre son château avec beaucoup de passion et de goût.
Nous admirons la diversité des façades, médiévales d'un côté et XVIIIème de l'autre.
Le château est entouré de magnifiques jardins à l'inspiration italienne : cascades, terrasses, bassins...nous ont enchantés.
Nous rentrons à Compiègne après cette superbe journée ensoleillée, en suivant les méandres de la Seine.

 29-03-2014    Blérancourt

 

Excursion au château de Blérancourt, en compagnie des Jeunes Amis du Palais.
Etat des lieux, avancement des travaux, découverte de la bibliothèque, projets de réouverture....sous la conduite d'Emmanuel Starcky et de Mathilde Schneider qui nous ont fait découvrir concrètement l'avenir proche de ce musée passionnant.

 06-02-2014    Conférence d'Evelyne Lever

 

Evelyne Lever est venue nous présenter le deuxième volet de sa chronique de la cour et de la ville"le crépuscule des rois" qui commence en 1757 lors de l'attentat de Damiens contre LOuis XV et s'achève le 6 octobre 1789.
Avec sa verve habituelle et son humour, Evelyne Lever nous a brossé un tableau de cette période foisonnante.
La ville, trop longtemps ignorée par la cour, prend le pas sur cette dernière.Les salons se politisent au contact des philosophes qui aiguisent leurs flèches contre le pouvoir. Malgré un climat parfois tendu, la société parisienne s'amuse follement. De grands travaux d'urbanisme transforment Paris qui reste la capitale de l'Europe.
Ce livre bien construit, au style alerte, et au rythme enlevé est un merveilleux témoignage de cette deuxième moitié du XVIIIème siècle.

 13-01-2014    Autour de Jordaens

 

A 13h30, nous sommes reçus au Musée du Petit Palais par Madame Assante, conservateur et commissaire del'exposition Jordaens, qui a bien voulu nous ouvrir le musée un lundi, jour de fermeture, etpar Madame André, directrice du service culturel.
Cette visite nous a permis, à travers les 120 oeuvres de ce maître anversois provenant de toute l'Europe et des Etats-Unis, de découvrir ce formidable artiste aux multiples talents.
Naturellement, sa truculence flamande y est très représentée, mais c'est aussi un peintre du sacré, un portraitiste sensible et très inspiré par l'histoire et la mythologie.
Ensuite, nous nous rendons au Palais du Luxembourg où nous attend Damien Deneuville, assistant de notre sénateur maire Philippe Marini que nous remercions de nous avoir fait ouvrir l'annexe de la bibliothèque du Sénat.
En 1802 Chalgrin a installé dans cette galerie les 12 toiles de Jordaens représentant les signes du zodiaque, acquises la même année par le Sénat.Cette visite complétait notre site Jordaens et se terminera par un voyage à Anvers les 12 et 13 juin 2014.

 09-12-2013    Exposition au château de Versailles : "André Le Nôtre en perspectives, l'homme et l'artiste"

 

Visite privée de l'exposition le jour de fermeture du château de Versailles.
Accueillis par l'orgue de la Chapelle royale où l'organiste répète, nous sommes guidés par Mathieu da Vinha (directeur scientifique du centre de recherche de Versailles)et Raphaël Masson (conservateur en chef du château de Versailles)vers le cabinet des collections d'André Le Nôtre : tableaux de Poussin, l'Albane, Claude Gelée accrochés du sol au plafond, au goût de l'époque, bronzes et médailles. Sans héritier direct il offrira à Louis XIV le meilleur de sa collection.
Fils du jardinier des Tuileries, Le Nôtre suit les enseignements de Simon Vouet afin de se perfectionner dans l'art du dessin.Il apprend comment composer un décor, traiter les perspectives, utiliser les collimations et l'anamorphose. Son intelligence hors du commun, sa force de travail lui permettent de pénétrer dans l'intimité de Louis XJV dès 1660. Il ne se déplace que sur les chantiers royaux, travaillant sur plans pour les souverains étrangers. A Versailles, il met en scène le parterre d'eau, le parterre de gazon, le parterre de plate-bandes structurés par les topières. Il déploie son imagination pour créer les 15 bosquets où se déroulent des fêtes extraordinaires. Son art repousse les limites de la perspective et fond le paysage dans l'infini du ciel.
C'est ce que nous vérifions en nous retrouvant, seuls, au centre de la galerie des glaces face à la perspective dessinée par André Le Nôtre à l'heure où le soleil se couche sur le grand canal : moment magique qui clôture cette passionnante visite.

 13-11-2013    La renaissance de Champs-sur Marne

 

Par une belle journée d'automne, nous arrivons devant Champs-sur-Marne,à la façade sobre et harmonieuse, typique des hôtels particuliers du XVIIIè siècle.
Le château a réouvert ses portes après 6 années de travaux et nous le découvrons décoré par les Cahen d'Anvers, propriétaires jusqu'en 1935, date où il fût offert à l'Etat Français.
Les grandes fenêtres apportent une belle lumière et permettent d'apercevoir le jardin à la française s'étirant en pente douce vers la Marne. Dans les différents salons, nous admirons de nombreuses porcelaines chinoises, de beaux chenêts, un bureau à cylindre et son curieux fauteuil à 5 pieds, cette "boîte à en-cas" qui, après vérification du numéro d'inventaire du château de Marly s'est révélée être une "chaise d'affaires" ou toilette portative...Le confort est partout: d'épaisses moquettes, des fauteuils rembourrés et de nombreuses salles de bain qui faisaient dire que les Cahen d'Anvers avaient transformé le château en "station thermale"! Magnifiquement restauré le salon chinois, le cabinet en camaïeu de bleu nous enchantent. Décorés en 1748 par Huet, ils représentent un Extrême-Orient imaginaire.En plus de l'escalier d'honneur, d'autres volées de marches permettent la circulation discrète du personnel entre les pièces et les étages. Les combles ont été restitués au XIXè pour loger les enfants, les nurses anglaises et le personnel. les enfants profitaient d'une petite salle à manger qui fût la salle de bain de la marquise de Pompadour. Décorée de faux marbres en stuc, c'est le seul vestige du XVIIIè siècle.
Le temps clair nous permet un moment de détente dans le parc, vers le bassin de Scylla, à travers les broderies, les bosquets et les parterres imaginés par le jardinier Despot, apparenté à le Nôtre, puis par Henri Duchêne vers 1895.

 16-09-2013    Voyage à Naples du 16 au 19 septembre 2013

 

Dès notre arrivée,du haut des terrasses de la Chartreuse San Martino, nous prenons contact avec le Vésuve,Capri,la baie, le port,la vielle ville de Naples.
Le lendemain, nous visitons le Palazzo Reale et pour nous,amateurs de théâtre de cour,c'est un plaisir d'y découvrir le teatrino di Corte.Merveilleusement accueillis au Palazzo Cellamare par les descendants de la famille, nous admirons leur ténacité pour restaurer les antichambres.Nous y déjeunons de sartù, pizza di scarole, provolone del monaco, délicieux babà et capresa.Comme Mozart et Stendhal,nous sommes éblouis par le Téatro San Carlo où, ce jour-là, Odette et le prince Siegfried répétent un pas de deux du "lac des cygnes" programmé le soir même: moment de grâce...Nous terminons par le Palazzo Reale de Capodimonte où Caroline Bonaparte aimait séjourner et nous ne sommes pas prêts d'oublier ces grandes galeries couvertes de tableaux magnifiques tel "la flagellation" du Caravage.
Mercredi, à travers les ruelles animées,nous arrivons au Duomo où Antonella nous raconte de façon vivante et pleine d'humour le miracle du sang de San Genaro qui doit avoir lieu le lendamain. En descendant sous l'église gothique San Lorenzo Maggiore, nous découvrons les strates historiques gréco-romaines (rue, boutiques,marché aux poissons). Dans la chapelle baroque San Severo, les statues sont étonnantes de réalisme,particulièrement "le Christ voilé" de Sanmartino (1753).Pour terminer la matinée, nous passons un délicieux moment dans le cloître de Santa Chiara décoré de majoliques colorées décrivant le monde extérieur aux clarisses cloîtrées. Le déjeuner copieux (7 plats)dans une trattoria typique nous redonne des forces pour visiter le Musée archéologique, la collection Farnese et les extraordinaires découvertes faites à Pompéi et Herculanum.Un petit tour au bord de la mer,une flânerie sous la verrière de la galerie Umberto I terminent la journée.Les dîners à l'hôtel sont délicieux. le dernier est servi en plein air, dans la cour.
Jeudi, départ pour la Reggia di Caserte, gigantesque palais de 1200 pièces où la salle des gardes ressemble à celle de Compiègne. Du mobilier provenant des Tuileries rappelle que Joseph Bonaparte et Joachim Murat font partie de l'histoire du royaume de Naples. Conçu par Vanvitelli, le théâtre de cour s'ouvre à nous, magnifique, décoré d'or et du bleu des Bourbons. La visite s'achève par la fameuse crèche napolitaine décorée par la famille royale et la cour. Après la promenade autour des fontaines,les vraies fausses ruines du jardin anglais, le déjeuner sous la tonnelle, c'est déjà le départ.
Nous décollons rassurés, ce 19 septembre 2013, le miracle de San Genaro a bien eu lieu, le sang s'est liquéfié, et Naples est protégée pour une nouvelle année.

 10-06-2013    Voyage dans la Sarthe lundi 10 et mardi 11 juin

 

Notre périple commence au château de la Groirie, harmonieuse "maison des champs" aux portes du Mans. Monsieur et Madame Durand-Lépine nous accueillent et nous présentent les salons du rez-de-chaussée, la bibliothèquie, puis la chapelle, le pigeonnier et le parc à l'anglaise planté d'arbres remaquables au bord d'un canal. Nous déjeunons dans le joli salon des Miroirs, créé dans l'Orangerie.
Puis nous suivons le Marquis de Mascureau qui nous guide jusqu'à sa gentilhommière de la Renaudière. Nous visitons le rez-de-chaussée décoré de fresques par ses soins, puis la chapelle et le jardin de pivoines magnifiques.
A Sourches, Monsieur de Foucaud nous raconte l'histoire de son château. De style néo-classique, il se déploie au coeur d'un parc dessiné par Jules Hardouin Mansart. Les immenses caves ont abrité une partie des trésors du Louvre pendant la deuxième guerre mondiale. Nous traversons la chambre de Monseigneur, plusieurs salons, et terminons dans la salle à manger où un délicieux goûter nous est offert.
Au Mans, l'hôtel est situé dans l'ancien siège des Mutuelles Génénérales, plein de charme,avec vitraux, mosaïques et boiseries.
A Bazouges-sur-Loire, nous admirons la chapelle et sa très belle voûte angevine du XVème siècle. De la salle des gardes, nous passons dans les salons XVIIIème donnant sur un splendide "jardin vert", à l'italienne, aux arbres remarquables.
Au château de la Grifferie, le Comte et la Comtesse de Cossé Brissac présentent ce beau logis simple entre cour et jardin dont la cour d'honneur est bordée de dépendances symétriques. Dans l'orangerie, du vin de Loire et des cerises nous sont agréablement proposés.
Après le déjeuner, l'ancienne abbaye cistercienne de la Boissière nous est racontée par Monsieur de Beaupuy. Hors clôture, nous admirons la belle voûte angevine de la chapelle destinée à accueillir la relique de la Vraie Croix.
Arrivés au Lude, c'est Barbara de Nicolaÿ qui nous guide dans le jardin de l'Eperon, le parc, le potager puis dans le château où Henri IV,Louis XIII et la Marquise de Sévigné ont séjourné. Nous traversons la salle des Gardes, la bibliothèque, l'escalier d'honneur réaménagé au XIXème. L'exceptionnelle statue de "l'Ange du Lude" nous observe avec bienveillance. NOus continuons en traversant de beaux salons, l'étonnant studiolo à l'italienne, les cuisines du XVème où sont régulièrement préparées des confitures avec les fruits du jardin.
Pour terminer, un petit en-cas nous est proposé dans la salle à manger.

Un grand merci à tous les propriétaires de nous avoir donné de leur temps et fait partager leur passion.

 10-04-2013    Louvre-Lens et Musée des Beaux-Arts d'Arras

 

Le site du Louvre-Lens est un ancien carreau de mine.Installée dans un bâtiment de verre et de métal, la galerie du temps expose 205 oeuvres, selon une présentation chronologique. Sur 120 mètres de long, de la naissance de l'écriture jusqu'au milieu du XIXème siècle, toutes les civilisations et techniques y sont représentées. Cet espace unique d'exposition permet de faire voisiner des chefs d'oeuvres produits par des civilisations et des cultures différentes mais conçues à un même moment historique.
A Arras, le château de Versailles prend ses "quartiers de campagne". L'exposition "Roulez carrosses" est consacrée aux moyens de locomotion dans les cours royales françaises aux XVIIème, XVIIIème et XIXème siècles. Une muséographie innovante met en scène ces collections prestigieuses constituées de tableaux, sculptures, traineaux, chaises à porteur, harnachements de chevaux, ainsi que de plusieurs carrosses célèbres, à l'instar des voitures du cortège nuptial de Napoléon Ier, du carrosse du sacre de Charles X ou de l'impressionnant char funèbre de Louis XVIII.
Même sous un ciel gris, la journée fût passionnante.

 09-02-2013    Conférence d'Evelyne Lever

 

Pour intoduire notre futur voyage à Naples en septembre 2013, nous avons demandé à la célèbre et pétulante Evelyne Lever de nous présenter Marie-Caroline de Naples. Celle-ci fût une mère et grand-mère de l'Europe: soeur de Marie-Antoinette, mère de Marie-Amélie (femme de Louis-Philippe), grand-mère de Marie-Louise (seconde épouse de Napoléon Ier), arrière-grand-mère du roi de Rome et grand-mère de la Duchesse de Berri. Elle épouse Ferdinand roi de Naples et des 2 Siciles, frère de Charles IV d'Espagne.Ils auront 16 enfants! La vie se déroule dans les Palais des Bourbons de Naples: Caserte, Porticci, Capodimonte...Les relations du couple seront mouvementées comme nous l'a évoqué Evelyne lever avec beaucoup d'humour. Finalement, Marie-Caroline prendra les rênes du pouvoir avec son cher ministre Acton, jusqu'à la fuite romanesque en 1806 vers Palerme devant l'arrivée de Murat.

 16-01-2013    Ambassade de Suisse et Fondation Bergé

 

L'actuelle résidence de l'Ambassade de Suisse, rue de Grenelle, fut d'abord une construction plus petite élevée par l'Abbé de Pompadour en 1704. Racheté en 1767 par le Baron de Bésenval,l'hôtel est agrandi et réaménagé par l'architecte Brongniart. Lucien Bonaparte en fût un des locataires.
Nous sommes accueillis dans le vestibule couvert de boiseries naturelles "à la capucine", au sol dallé de noir et blanc. Le salon des ministres, le petit boudoir, le salon des perroquets délicatement décorés dans le style Louis XV donnent sur le jardin.
Le salon de la tapisserie tient son nom d'une tenture des Gobelins, d'après un carton de Le Brun, représentant Louis XIV recevant le renouvellement de l'alliance entre la France et les ambassadeurs des cantons suisses.
la visite se termine dans la salle à manger aux lambris pastel, où l'ambassadeur, en personne, nous reçoit pour une collation intime et chaleureuse.
A la Fondation Bergé - Saint-Laurent, nous découvrons d'abord l'hôtel particulier où Yves Saint-Laurent créait et présentait ses superbes collections, puis, l'exposition "Du côté de chez Jacques-Emile Blanche". Ce portraitiste incontournable de la fin du XIXème siècle a fréquenté les figures artistiques les plus emblématiques de son temps : Proust, Gide, Rodsin, Cocteau, Debussy, Stravinsky, Degas, Mallarmé, Louÿs, Claudel....dont nous admirons les portraits dans un décor très "Belle Epoque"

 10-12-2012    Musée d'Orsay "L'Impressionnisme et la mode"

 

Visite exceptionnelle et passionnante, le lundi10 décembre, jour de fermeture du musée, de l'exposition "Limpressionnisme et la mode".
Philipppe Thiebaut, commissaire de l'exposition s'est attaché à ,expliciter le choix des tableaux en regard des robes et dez accessoires exposés. Il a rappelé l'attrait des coloros et des chatoiements des étoffes qui fascinaient les peintres impressionnistes.

 23-10-2012    Un salon de thé pour l'impératrice Eugénie

 

Au terme de 6 années de restauration, le salon de thé de l'impératrice vient de retrouver son éclat du Second Empire.La curiosité de l'époque pour la Chine y est représentée par de superbes armoires de laque rouge, des tapisseries murales décrivant l'Histoire de l'empereur de Chine .La fascination d'Eugénie pour la reine Marie-Antoinette l'inspire pour meubler son salon de thé. Elle choisit des fauteuils Louis XVI en bois doré qu'elle fait recouvrir de damas vert émeraude et capitonner pour obtenir plus de confort et les mettre au goût du jour .Le bureau revenu spécialement de Versailles et la console aux sirènes du musée du Louvre, les chaises Chiavari, les lampes Carcel et le lustre électrifiés, le tapis et les rideaux reflètent bien les choix décoratifs de l'impératrice.
Merci aux conservateurs qui ont fait découvrir à 90 privilégiés la splendeur retrouvée du salon de thé de l'impératrice Eugénie.

 01-10-2012    Voyage à Cracovie et Varsovie : du lundi 1er au vendredi 5 octobre

 

Ce fut pour la plupart d’entre nous une découverte passionnante de la Pologne et de son histoire si tourmentée, de sa force de résilience, de son amour patriotique. Nos trois guides qui se sont succédées à Cracovie et Varsovie nous ont longuement parlé de la volonté farouche du peuple polonais de tenir bon à travers tous les cataclysmes de leur longue histoire.

Cracovie d’abord, épargnée par les bombardements, qui reste une capitale culturelle vivante avec ses 40000 étudiants. Ses monuments conservent l’image d’une ville dynamique dès le Moyen-Age : les rues de la vieille ville, son immense grand-place, l’extraordinaire château du Wawel , le quartier de l’université où l’on retrouve la mémoire de Nicolas Copernic, le quartier plus modeste et délabré de Kazimierz, centre de la culture hébraïque dès le 16ème siècle, vivant en bonne intelligence avec la culture chrétienne. Le musée Wyspianski nous a rappelé l’importance du courant de l’Art Nouveau dans la région.
Visite passionnante d’une des merveilles naturelles des environs : la mine de sel de Wieliczka
Avant de prendre le train pour Varsovie, nous avons visité le château de Pieskowa skala, une des plus belles résidences de Casimir le Grand, à quelques km de Cracovie.

Varsovie nous a émerveillés : la ville ancienne, entièrement rasée par ordre d’Hitler, a été reconstruite pierre par pierre dès 1946, grâce à la volonté et l’opiniatreté de ses habitants et de tous les polonais. Tour de force qui nous a permis de découvrir une ville magnifique, exubérante, vivante, entourée de parcs et de châteaux épargnés par la guerre : Lazienski, Wilanow, entre autres .
Grâce aux bonnes introductions de notre directeur, nous avons été reçus de manière très chaleureuse par les conservateurs du Palais royal et de Lazienski, où nous avons retrouvé le souvenir de Stanislas Poniatowski, dernier roi de Pologne, dont le destin avait fait l’objet d’une superbe exposition à Compiègne en 2011.




 13-06-2012    Voyage en Flandre mercredi 13 et jeudi 14 juin

 

Merveilleux petit séjour en Flandre belge, à la découverte de ses châteaux.
Le ciel était avec nous, et l’accueil des châtelains toujours chaleureux.
Visite du château de Leeuwergem, inspiré des plans de Lassurance pour le château de Bellevue de Madame de Pompadour. Dans le parc, le théâtre de verdure, soigneusement entretenu , pouvait accueillir de nombreux spectateurs.
A Gand, déjeuner délicieux dans l’hôtel Falligan dont le décor intérieur roccoco et l’escalier d’honneur sont absolument étonnants et très bien conservés. » L’Agneau mystique » dans la cathédrale St Bavon était pour certains d’entre nous une (re)découverte.
Après la visite détaillée de la forteresse d’Ooidonck, transformée au 16ème et puis au 19ème siècle, nous nous installons à Bruges, à l’hôtel Navarra où Napoléon Ier aurait dû passer une nuit en 1802 !!
Le lendemain, grâce à la gentillesse des propriétaires, visite exceptionnelle de la maison Adornes ( 16ème siècle) et de l’église du St Sépulchre, dans un quartier de Bruges fort peu connu.
Deux châteaux et un jardin dans l’après-midi : Wijnendaele dont la silhouette moyenâgeuse se reflète dans ses douves, et le petit château de Marcke, bijou d’inspiration palladienne construit au tout début du 19ème siècle, qui conserve tout son mobilier d’époque. Le jardin tout proche était remarquable et les commentaires du propriétaire passionnants.


 23-05-2012    Une journée à Saint-Cloud

 

Le mercredi 23 mai, les Amis du Château de Compiègne visitaient la ville de Saint-Cloud.
Le matin, visite du Musée des Avelines, consacré à l'art, à l'histoire de Saint-Cloud, et aux clodoaldiens célèbres (Charles Gounod, Marie Bonaparte, Eugène Carrière...)où le groupe fut accueilli par la directrice, Madame Le Bail. Le déjeuner était servi dans la rotonde monumentale donnant sur le jardin.
L'après-midi fut employée à la visite du château "fantôme" de Saint-Cloud que s'était fait construire en 1658 "Monsieur", le frère de Louis XIV. Ce somptueux bâtiment fut malheureusement incendié en 1870 lors de la guerre franco-prussienne, puis rasé.
Le charme de ce lieu réside essentiellement dans son parc dessiné pat le Nôtre, d'une superficie de 460 hectares, labellisé "jardin remarquable", qui offre un très beau panorama sur Paris. C'est un lieu de promenade "romantique" et très reposant, avec de longues allées bordées d'arbres, une terrasse délimitée par des orangers, des pièces d'eau, des vasques et la fameuse "grande cascade" dominée par des statues allégoriques.
Une association "Reconstruisons Saint-Cloud", qui a vu le jour en 2006, recherche des mécènes pour financer ce projet pharaonique !

 02-04-2012    Un après midi au musée d'Orsay

 

Bien que le musée d’Orsay soit fermé au public le lundi, nous sommes accueillis par deux de ses conservateurs.
La visite des nouvelles salles d’arts décoratifs nous a été faite par Monsieur Thiébaut. Les œuvres exposées évoquent surtout les années 1910, et la césure de la grande guerre.
Puis Madame Patry nous a présenté le nouvel accrochage des tableaux impressionnistes, justifiant et commentant le choix des regroupements d’œuvres et leur présentation chronologique.
Cette visite nous avait été facilitée par la Société des Amis du Musée d’Orsay et tout spécialement Mme d’Aboville que nous remercions infiniment.

 23-01-2012    Le mobilier sous l'oeil de l'expert

 

Mortaise et cheville, bois de rose et de violette, Jacob et Marcion, somno et psyché, estampilles et marques d'inventaires n'ont presque plus de secret pour tous ceux qui ont participé à la série "le mobilier sous l'oeil de l'expert".C'était absolument passionnant de découvrir ce que peut cacher une chaise, une commode royale ou impériale.L'alternance d'initiation théorique et de découvertes pratiques dans les salons du Palais rendait chaque cours vivant et varié.Les élèves enthousiasmés souhaitent déjà d'autres formations et le Palais de Compiègne regorge de trésors à découvrir "sous l'oeil de l'expert".

 13-12-2011    Fra Angelico

 

L'exposition "Fra Angelico et les maîtres de la lumière" met en valeur l'importance du maniement de la lumière et des couleurs claires. Le contexte religieux dans lequel Fra Angelico s'inscrit l'incite à méditer sur la valeur quasi mystique de la lumière et sur l'usage spirituel du blanc et de l'or.
Cette exposition nous permet de comprendre le passage du Moye-Age à la Renaissance dans la ville de Florence en confrontant les oeuvres du "frère Angélque" à celles d'autres peintres contemporains.Après les expositions qui lui ont été consacrées à New-York en 2005 et Rome en 2009, celle du Musée Jacquemart-André est la première qui soit dédiée en France au peintre florentin.

 21-11-2011    Le château de Versailles raconte le mobilier national, quatre siècles de création

 

Versailles était pour nous seuls, amis du château de Compiègne: privilège exceptionnel que nous avons su apprécier.
Les deux commisaires d'exposition, enthousiastes et passionnants, nous ont raconté quelques unes de leurs recherches pour remeubler le château, dignes de véritables courses au trésor: enquête, découverte, négociation, échange, restauration... Ainsi le bureau du Dauphin, un unique fauteuil du salon de Madame de Pompadour ont retrouvé leur place d'origine.
Après la délicate pièce des bains de Marie-Antoinette, mise en scène tout en papier par Isabelle de Bochgrave, nous découvrons des créations récentes pour le Mobilier national, oeuvres des designers Pierre Paulin, Sylvain Dubuisson, Cécile Bart...

 14-10-2011    Visites de deux châteaux privés dans les Yvelines

 

Par une belle journée ensoleillée, nous visitons le domaine de Breteuil sous la conduite du Marquis de Breteuil : le parc, les mosaïques de buis, le colombier médieval, le jardin des Princes. Pendant le déjeuner dans l'orangerie, Evelyne Lever nous enchante avec ses anecdotes sur Louis-Nicolas de Breteuil, ambassadeur de Louis XIV à Mantoue et sur sa fille Emilie, marquise du Châtelet, remarquable femme de sciences, traductrice de Newton.
Puis visite du château où des personnages de cire évoquent la grande famille des Breteuil au coeur de l'histoire de France, et les contes de Perrault.

A Beauregard, Madame de Curel nous guide à travers le jardin remis en état depuis une trentaine d'année. Le résultat est spectaculaire et même si nous sommes un peu en fin de saison, le camaïeu des couleurs, les plantes et légumes étranges nous séduisent.
Après le pigeonnier au 4700 boulins, nous terminons par la visite du château dont la superbe vue a donné son nom au domaine.

 21-09-2011    Voyage dans les Duchés de Parme, Mantoue et Modène

 

Comment résumer 5 jours d'émerveillement, de découvertes, de douceur de vivre ? L'Italie, comme toujours, nous a enthousiasmés.
Débarquant à Bologne, nous avons immédiatement rejoint MODENE. Le centre ville rassemble, comme dans beaucoup de ces anciennes capitales de duchés, le "duomo" roman et son campanile, et le palais ducal où la famille d'Este entretint une cour brillante jusqu'au 18ème siècle. En font foi la Biblioteca Estense et la Galeria du même nom où sont rassemblés une petite partie des chefs d'oeuvres que les d'Este possédaient à Ferrare et qu'ils transportèrent à Modène quand cette ville devint leur capitale.
Installation à Parme le soir même où nous logerons durant tout le séjour.
Le jeudi 22, première journée à PARME, où se sont succédés les Farnèse, les Bourbons mais aussi Marie-Louise d'Autriche, femme de Napoléon 1er, grande duchesse bien-aimée des Parmesans qui y vécut jusqu'à sa mort en 1847.Le musée Glauco Lombardi rassemble des souvenirs émouvants, évoquant la période napoléonienne, l'Aiglon, Matie-Louise et son second époux, Neipperg.Le palais ducal, les églises, les couvents sont presque toujours décorés de fresques splendides, les plus conues peintes par le Corrège ou le Parmesan. Visite exceptionnelle de la Préfecture, ancien palais Rangoni-Farnèse, où nous sommes reçus par le Préfet.
Journée du vendredi 23 à MANTOUE, captitale de la famille Gonzague, célèbre entre autres pour son palais ducal, "cité dans la cité", où nous avons pu admirer les fresques somptueuses de Pisanello et de Mantegna.Le théatre édifié au 16ème siècle et reconstruit en 1769 servait de lieu de conférences scientifiques. Le palais du Te, construit au 16ème par Giulio Romano pour Frederic II, fils de FRançois II de Gonzague et Isabelle d'Este, se trouvait hors les murs. Il fut entièrement décoré de fresques par Giulio Romano et ses élèves.
La matinée du samedi 24 est consacrée à PARME : visite du "duomo" (somptueuse descente de croix par Antelami) et du baptistère octogonal de marbre rose et blanc, dont l'intérieur est couvert de fresques et de bas-reliefs des 13 et 14ème siècle. Dans le Palais Pilotta, la Galerie Nationale rassemble des peintures du Corrège, Parmesan, Carrache...Le théatre Farnèse (1617)est le plus ancien théâtre à scène mobile.
Dans l'après-midi, nous partons à SABBIONETTA, autre fief des Gonzague, édifié par Vespasien au milieu du 16ème siècle. le théâtre conçu par Vicenzo Scamozzi, élève de Palladio, rappelle le théâtre olympique de Vicence.
Visite rapide d'une synagogue qui témoigne de l'existence d'une communauté juive protégée par l'esprit libéaral du duc.
Enfin, la journée du dimanche 25 est consacrée à la découverte de châteaux-forteresses, les "rocche", à l'allure militaire et au décor intérieur raffiné et orné la plupart du temps de fresques.Nous sommes reçus à La Rocca Meli di Lupi par son propriétaire le prince Meli Lupi.
Déjeuner festif, au soleil, dans une ruelle de PLAISANCE. Nous découvrons trop rapidement, cette dernière ville, fief des Farnèse qui y contruisirent un palais gigantesque resté inachevé.
Nous rejoignons l'aéroport de Milan en fin de journée.
Nous avons eu la chance durant tout notre séjour de visiter ces villes en compagnie de charmantes guides-conférencières et d'être "maternés" par notre accompagnatrice Dolly. Merci à toutes. !

 15-06-2011    Voyage dans l'Yonne

 

Notre petit voyage du mois de juin nous a emmenés cette année à Sens et Auxerre, sous la conduite avisée et enthousiaste de Didier Doré, conférencier chevronné et adhérent de notre association.
Le premier jour, dès notre arrivée à Sens, visite exhaustive de la cathédrale, siège épiscopal dont dépendait Paris jusqu'en 1627. Superbe architecture gothique du début du 12ème, magnifiques vitraux, monument funéraire du Dauphin et de la Dauphine, parents de Louis XVI, sculpté par Coustou, admirables grilles du 18ème siècle.
Après le déjeuner, nous flânons dans la vallée de l'Oreuse et découvrons avec émerveillment le château de Fleurigny, très rarement ouvert au public. Cet ancien édifice médiéval cerné de douves a reçu au 16ème siècle un décor sculpté caractéristique de la première Renaissance : la chapelle voûtée de caissons desquels tombent de surprenants pendentifs en est un témoignage extraoridnaire.
A l'intérieur du château, une chambre lambrissée est entièrement peinte de tableaux évoquant les Métamorphoses d'Ovide.
Un peu plus loin dans la vallée, nous sommes reçus avec la plus grande gentillesse par Mr et Mme Charrey qui nous font découvrir dans leur propriété de Thorigny le jardin dessiné par Le Nôtre en 1680 pour entourer le château du Président Lambert de Thorigny.Il ne reste rien du château, entièrement démoli à la révolution, et le parc actuel englobant le jardin du 17ème siècle est l'oeuvre de Pierre Carlier, l'un des instigateurs du coup d'Etat de Louis-Napoléon Bonaparte.

Le lendemain, nous arpentons à pied la ville d'Auxerre dont le tissu urbain n'a guère changé depuis le Moyen-Age. Richesse exceptionnelle du patrimoine architectural religieux, du 9ème au 19ème siècle.
Visite de l'abbaye Saint-Germain et de ses 2 cryptes, puis la cathédrale dont la crypte du 11ème siècle est ornée de fresques remarquables dont "Le Christ sur un cheval blanc".
Dans l'après midi, nous visitons le charmant musée Leblanc-Duvernoy dont la collection de faïences et les tentures du "voyage de l'empereur de Chine" nous sont si brillament commentés par Didier Doré.
Nous obtenons d'entrer dans la Préfecture, ancien palais épiscopal construit au chevet de la cathédrale. Le Préfet de l'Yonne nous reçoit très aimablement dans son bureau, ancien promenoir de l'évêque, édifié à l'époque romane.
Notre séjour se clôt donc par cette visite exceptionnelle obtenue par notre conférencier. Nous le remercions infiniment pour ces deux jours merveilleux.

 18-05-2011    Chatenay Malabry - Domaine de Sceaux

 

Mercredi 18 mai, ce n'était pas Madame Recamier qui nous attendait à la Vallée aux Loups, mais Madame Geoffrin, femme d'affaires et d'esprit du XVIIIème siècle. Pendant près de 40 ans, son salon accueillit gens de lettres, artistes, femmes et hommes de distinction comme son"fils" adoptif Stanislas Auguste Poniatowski, roi de Pologne. Nous découvrons des oeuvre de Jean-Louis Prieur, et de Vicor-Nicolas Louis Pillement, artistes présents également dans l'exposition de Compiègne "L'Aigle Blanc, Stanislas II, Auguste, dernier roi de Pologne".
Pour débuter l'après-midi, nous visitons l'exposition du petit château " dessins de paysages en France aux XVIème et XVIIème siècles", présentée de façon passionnante par Monsieur Brême,directeur du domaine de Sceaux.Traversant le magnifique parc, nous arrivons au Pavillon de l'Aurore, élevé par Colbert en 1670, alors propriétaire du domaine. L'espace intérieur est agrémenté d'une coupole au riche décor allégorique sur le thème de l'Aurore, peinte par Charles Le Brun. Pour terminer, nous visitons le château reconstruit en style néo Louis XIII, en 1828 et pouvons découvrir la double perspective de ce parc immense.
Journée superbe, passionnante et ensoleillée.

 16-03-2011    Une journée à Roubaix et LIlle

 

Découverte, pour beaucoup d'entre nous, de cet endroit exceptionnel "Art déco" qu'est la piscine de Roubaix.
En plus des collections permanentes de peintures, sculptures et textiles, nous avons pu admirer un choix remarquable d'aquarelles peintes par Signac, à aprtir de 1929, évoquant les ports des côtes françaises.
Grâce à un jeune conférencier hollandais au délicieux accent, nous avons pu vivre au rythme des Augustines qui tenaient l'hospice Comtesse fondé à Lille en 1237 par la comtesse Jeanne de Flandre.

 09-02-2011    Une journée à Paris

 

Journée à Paris très réussie, grâce à la qualité des conférencières.
"Trésors des Médicis" au Musée Maillol.
L'importance et l'influence de la famille Médicis se manifestent dès le XIVème siècle. Elle donnera 2 papes à l'Eglise : Clément VII et Léon X. Grands collectionneurs, ils rassemblent antiques, bronzes, ivoires, pierres dures, objets de curiosité et peintures, dont le portrait d'Eléonore de Tolède par Bronzino, "L'Adoration des Mages" de Botticelli, "Les trois Grâces" de Rubens...

"L'heure, le feu, la lumière" dans le beau bâtiment des Gobelins, présente les plus beaux bronzes du Garde-Meuble impérial et royal de 1800 à 1870 : 80 pendules d'une rare diversité dans les modèles, magnifiquement restaurées, 2 lustres exceptionnels, des garnitures de cheminées, des flambeaux et bras de lumière... un régal pour les yeux !

 19-01-2011    Le Louvre

 

Le matin nous avons découvert l'histoire du Louvre, depuis le donjon de Philippe Auguste jusqu'à la transformation du palais en résidence royale, puis en galerie d'art et musée à la fin du XVIIIème siècle.

L'après midi nous avons visité l'exposition "l'Antiquité rêvée" : la redécouverte de l'antiquité suscita la création de peintures et de sculptures inspirées de la Rome Antique. La peinture d'histoire s'inspira de la grande tradition classique incarnée par Poussin.

 17-11-2010    Le Collège des Bernardins

 

le 17 novembre 2010, visite du Collège des Bernardins à Paris. Dès le début du 13ème siècle, l'Abbé de Clairvaux décide de construire un collège pour accueillir les cisterciens venus se former à Paris.Les bâtiments sont achevés en 1253, l'église et la sacristie seront construits au milieu du 14ème sicle. Confisqués en 1792 l'ensembre architectural est utilisé comme école, puis caserne des pompiers ; l'église sera rasée lors du percement du boulevard Saint-Germain. Le diocèse de Paris, propriétairedu lieu depuis 2001 en a fait un centre de recherche et de débat pour l'église et la société.

 30-09-2010    Madrid et les résidences royales : 30 septembre – 4 octobre 2010 :

 

C’est pour beaucoup d’entre nous une découverte, grâce à nos deux guides, charmantes et cultivées. La ville de Madrid séduit par son centre historique des 16ème et 17ème siècles, mais aussi par la qualité de son urbanisation du 19ème et du 20èmesiècle.
Les musées sont d’une richesse incroyable : Le Prado, l’Academia de San Fernando, le musée Sorolla, la collection Thyssen…
Comment ne pas être enthousiasmés par les paysages de Castille ? Le palais de la Granja près de Ségovie est construit dans un écrin de jardins à la française adossés à la Sierra. Sa collection de tapisseries flamandes reflète la richesse de la Maison des Habsbourg.
Le monastère - palais de l’Escorial séduit par la pureté et la simplicité de son architecture. Les appartements de Philippe II rappellent l’austérité du monarque.
Enfin, le palais d’Aranjuez évoque le goût de Charles IV qui fait construire dans le parc un « petit Trianon » espagnol : « la casa del
labrador », où nous avons admiré les « 4 saisons » de Girodet, dont on connaît les mêmes sujets peints pour la chambre de l’impératrice à Compiègne.

 16-06-2010    Voyage dans le Namurois 16 et 17 juin 2010

 

Deux jours de découvertes de châteaux privés !
La plupart des châtelains nous reçoivent eux - mêmes et nous racontent l’histoire de leur demeure, monuments historiques, le plus souvent des 17ème et 18ème siècles :
Corroy – le – Château, Franc – Waret, Modave, Waleffe, Warfusée…. L’influence de l’art français se conjugue avec les traditions mosanes et italiennes.
Petit bijou également : l’hôtel de Groesbeeck- de Croix à Namur, devenu le musée des arts décoratifs de la ville.
Notre hôtel : le château de Ronchinne, ancienne propriété du prince Victor Napoléon et de sa femme, la princesse Clementine de Belgique.

 04-05-2010    Journée en Picardie le 3 mai 2010

 

Le Marquis de Luppé nous reçoit le matin au château de Beaurepaire, et nous raconte avec verve l’histoire de cette demeure dont subsistent des vestiges du Moyen - Age, des bâtiments Renaissance, et du 19ème.

Visite ensuite de l’abbaye de Royaumont fondée au 13ème siècle par Saint-Louis.
Nous terminons la journée chez Madame Daudy, descendante de la famille Gouïn qui créa la Fondation Royaumont en 1964.

 13-01-2010    Une journée à La Malmaison :

 

Par une belle journée enneigée de janvier, nous sommes accueillis à La Malmaison par Elisabeth Caude, conservateur en chef du patrimoine.
Nous commençons notre visite par l’exposition « La cave de Joséphine ».
Que buvait-on chez Joséphine ? plus de 13 000 bouteilles inscrites à l’inventaire après décès en 1814. En excellente maîtresse de maison, elle sait combien les vins de qualité font partie de l’art de recevoir : bourgognes, bordeaux, champagnes, rhum et autres liqueurs venant de sa Martinique natale.

Malheureusement, la cave à vin du château n’existe plus .
L’exposition nous présente un nouvel art de la table : verres au chiffre des souverains, pièces de forme en cristal, en argent et le grand vermeil de l’empereur livré par l’orfèvre Auguste.
La Malmaison présente 33 assiettes en porcelaine au marli doré et ornées au centre de tableaux de maîtres et paysages d’Europe livrées par la Manufacture parisienne Dihl et Guerard entre 1811 et 1813.
Après le déjeuner nous nous promenons dans l’appartement de Napoléon en appréciant particulièrement son originale et élégante bibliothèque .
Dans un deuxième temps, nous retrouvons Elisabeth Caude qui évoque le dernier décor choisi par Joséphine après le divorce. Dans ces pièces intimes, nous imaginons la vie de l’ex impératrice et surtout la dernière visite du tsar Alexandre 1er.
Retour sans encombre à Compiègne. Martine d’Evry.

 00-00-0000    séjour à Copenhague

 

4 jours pour découvrir Copenhague et ses alentours, une gageure !
Que de découvertes et de visites passionnantes:
-Les châteaux:Christianborg, les 2 palais d'Amalienborg de Christian VII et Christian VIII, Ledreborg au bout d'une allée de 7 kilomètres de tilleuls, Kronborg place forte au bord de la Baltique, Frederiksborg et ses beaux jardins, et pour finir Rosenborg truffé de merveilles dont les bijoux de la couronne et le somptueux mobilier d'argent prêté à Versailles il y a quelques années.
-Roskilde, la cathédrale, le port et les drakkars vikings.
-Les peintres de l'âge d'or danois au Musée des Beaux-Arts, dans les collections Oldrupgaard et Hirschprung qui exposent Hammershoï, Kobke, Eckersberg, Kroyer, les époux Ancher et bien d'autres.
-Les ravissants chefs d'oeuvre d'orfèvrerie, d'ambre ,d'ivoire et la porcelaine Flora Danica si bien mise en scène par la Reine Margrethe à Amalienborg.
-La gastronomie danoise dont le hareng, le rôti de porc doré, le pâté de foie, les fraises, le pain noir et la Carslberg.
-Les innombrables vélos sillonnant Copenhague, le calme des danois, les couleurs, les nombreux clochers de la ville et la petite sirène bien sûr.
-Sans oublier les grands noms du design (Jacobsen...)et les architectes du XXème siècle.
-Et,pour terminer, la visite du Palais Thott,Ambassade de France où Monsieur l'Ambassadeur nous accueillit.
Merci à Ole et François, nos guides érudits et aux nombreux rayons de soleil qui illuminèrent ce séjour.

 00-00-0000    Lille et ses environs

 

La visite de la Villa Cavrois à Croix a été pour beaucoup d'entre nous une vraie découverte.
L'architecte Robert Mallet-Stevens la construisit au début des années 1930 à la demande de l'industriel roubaisien Paul Cavrois qui voulait installer sa famille nombreuse (7 enfants) dans un cadre champêtre.
Quelle innovation pour l'époque que ces grandes pièces éclairées d'immenses baies vitrées, couvrant sur le jardin !L'architecte a pensé à tout : la décoration de chaque pièce avec des matériaux spécifiques et luxueux (bois rares, marbres de couleurs), mais aussi les radiateurs cachés sous les fenêtres, les horloges murales dans chaque pièce, le porte- buches à côté de la cheminée, etc... Il imagine et dessine également un mobilier très sobre intégré dans les murs, créant un cadre de vie sain, confortable et moderne où l'hygiène et la fonctionnalité sont privilégiés.
Quel hommage que cette phrase de l'architecte, gravée sur les murs :"A Madame et Monsieur Cavrois qui m'ont permis grâce à leur clairvoyance, leur mépris de la routine et leur enthousiasme de réaliser cette demeure. Avec toute ma gratitude et la fidélité de mon amitié".
Dans l'après-midi, nous visitons le musée d'art moderne, dit le L.A.M. à Villeneuve d'Ascq sous la conduite d'un guide très compétent : d'abord les œuvres phares de la donation Jean et Geneviève Masurel, puis l'exposition "Amedeo Modigliani" qui propose un résumé de l'œuvre de l'artiste en explorant 3 aspect d'une carrière brève et féconde : ses sculptures, ses portraits, sa technique de peinture si personnelle.